Comment pardonner et se libérer ?

capture

 

Pardonner pour se libérer ….

On a tous vécu des expériences dans la vie qui nous ont fait souffrir : celles-ci étaient toutefois nécessaires pour nous faire grandir et devenir la personne que l’on est aujourd’hui.

Que ce soient des erreurs ou des situations bouleversantes, elles n’ont pas été là par hasard mais pour nous faire apprendre. Des émotions cependant fortes s’en dégagent comme la colère, le sentiment de frustration, d’humiliation, d’abandon ou de rejet. Bref, tout un panel de pensées négatives.

Ces pensées négatives constituent des toxines pour notre corps, elles perturbent notre système énergétique.

Une des raisons principales de ce refus de pardonner vient de la confusion entre COMPRENDRE, ACCEPTER et tolérer…..

Pardonner ce n’est pas oublier mais renoncer à juger , punir ou même haïr …

Pardonner n’est pas chose facile …

Pardonner signifie agir en fonction de ce que nous voulons pour nous-même, et pas en fonction de ce que les autres nous ont fait.

Vouloir pardonner, c’est bien, mais cela ne garantit rien. Des blessures émotionnelles peuvent réapparaître longtemps après les faits, alors même qu’on les croyait oubliées.

Identifier les étapes qui mènent au pardon pour comprendre les mécanismes qui sont en jeu dans le processus blessure/pardon/guérison ….

 

capture.jpg

 

–  Considérer sa blessure :

Cette première étape est bien sûr primordiale, avant toute autre considération : admettre que l’on est blessé.

– Refuser la souffrance :

Quand on est blessé, le réflexe consiste à s’enfermer dans sa souffrance. Ce processus naturel peut rapidement se révéler comme le foyer d’une rancœur naissante. Pour s’en préserver, il faut refuser cette souffrance, la repousser.

– La rancune affecte notre être :

Entretenir sa rancœur est néfaste pour soi-même avant tout. Il est nécessaire de comprendre que le sentiment négatif qui nous habite alors, créé nécessairement des tensions intérieures qui nous affaiblissent.

Rien ne sert de vouloir se protéger en haïssant, c’est un leurre. En agissant ainsi, on finit par s’écarter des autres et se rendre inaccessible à l’amour dont on a tant besoin.

– Prendre soin de soi :

Il ne faut pas négliger de panser ses blessures émotionnelles. Les traces de ces blessures peuvent être profondes, ce qui nécessite de se faire aider. Aucune honte à avoir, accepter de l’aide c’est se reconnaître en difficulté comme tout à chacun peut l’être. C’est une sorte de pardon que l’on s’accorde à soi-même …

– Accepter que l’autre ne changera pas :

Comprendre c’est pardonner …

Une erreur consisterait à attendre une réparation de la part de celui qui nous a offensé !!

– Questionner ses sentiments :

Quand enfin, on pense en avoir fini, il n’est pas inutile de le vérifier. Pour savoir si on a réellement pardonné, on ne doit ressentir aucune blessure à l’évocation des événements passés. Le sentiment d’avoir véritablement tourné la page doit être sans ambiguïté. Il est nécessaire d’être aussi honnête que possible avec soi-même.

Car si certaines blessures passent avec le temps, d’autres restent vives, mal dissimulées derrière un détachement de façade. Mais on ne trompe pas son subconscient. Tôt ou tard, notre corps exprime par différents symptômes possibles les maux de notre esprit….

– Travailler à l’origine de la rancœur :

Il apparaît bien que les blessures qui persistes sont à l’origine de la rancœur. Les plus traumatisantes peuvent ne pas se cicatriser toutes seules. On voit bien qu’il ne suffit pas de vouloir pardonner pour que cela fonctionne. Les émotions doivent êtres débloquées pour rendre le pardon possible.

– Les faux pardons à éviter :

Le pardon n’est en aucun cas une obligation. On ne pardonne pas pour faire plaisir, ni par crainte ou même par politesse.

Car le faux pardon est une illusion qui peut se transformer en punition pour son auteur, au niveau de ses relations sociales, de son amour propre, de sa santé psychique et jusqu’à sa santé physique….

– Un pardon ne constitue pas une excuse :

Pardonner est différent du fait d’excuser. Quand on abandonne tout ressentiment négatif ou toute rancune, cela ne consiste pas à considérer que les faits n’ont pas eu lieu, ou que rien ne s’est passé.

Le pardon sincère de la victime enlève à l’agresseur du poids de sa dette. Mais un acte répréhensible reste un acte répréhensible, qu’il soit pardonné ou non….

 

capture

Maintenant, peut-être pourriez-vous décider de revisiter de vieilles rancœurs ?  

Les quelques points abordés ici doivent permettre à chacun d’accéder au vrai pardon. N’hésitez plus, il n’y a aucune raison de croire que ce sont les faibles qui pardonnent.

Bien au contraire, car en réalité il faut du courage pour parvenir à se libérer du poids de la rancœur ….

Soyez courageux(se), car le temps passe et c’est à vous de décider du cours de votre vie….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s