Relation d’aide…..

capture

Choses à dire et à ne pas dire à une personne découragée….

« Quelques mots de réconfort suffisent parfois à faire renaître l’espoir…. »

Si l’un de vos proches souffre , une des meilleures choses que vous puissiez faire est de lui montrer que vous l’aimez et que vous êtes prêt à l’aider.

Une personne déprimée a en effet grandement besoin de compassion et de compréhension….

capture

Savoir ce qu’il faut dire et ne pas dire :

Choses à dire :

  1. « Ne pense jamais que tu es tout seul(e) pour faire face à cette épreuve. »
  2. « Si tu as besoin de parler, je suis là pour t’écouter à toute heure et en toute confidentialité. »
  3. « Dis-moi ce que je peux faire pour toi maintenant, aujourd’hui ou dans les prochains jours. »
  4. « À mes yeux, tu es tellement important(e). »
  5. « Je t’aime peu importe ce que tu dis ou fais. »
  6. « Ne t’inquiète pas, parler de ta tristesse ne me fera pas de mal. »
  7. « Je ne t’abandonnerai jamais. »
  8. « Je ne peux pas comprendre exactement ta douleur, mais je t’offre mon soutien. »
  9. « Il y a une solution à ta souffrance, même s’il est peut-être difficile de la voir maintenant. »
  10. « Tu ne seras pas toujours comme ça, nous trouverons une façon de te faire sentir mieux. »
  11. « Tu ne dois pas te sentir coupable ni avoir honte : ce n’est absolument pas de ta faute. »
  12. « Les difficultés actuelles disparaîtront tôt ou tard et l’avenir sera devant toi à nouveau. »
  13. « Avoir des pensées négatives ne fait pas de toi une mauvaise personne. »
  14. « Lorsqu’on est triste, on a tendance à être trop sensible et attentif aux choses négatives. »
  15. « Il est vrai que certaines situations sont difficiles. Il est également vrai que l’on s’inquiète parfois inutilement pour des catastrophes qui ne se produisent jamais. »
  16. « Lorsqu’on est triste, on a tendance à négliger ou ignorer certains éléments positifs, par exemple… »
  17. Si vous croyez que la personne devrait consulter un médecin et si le moment est opportun, demandez-lui : « Est-ce que tu as vu un médecin au sujet de ce que tu ressens ? »
  18. Si un traitement médical ou psychologique est déjà en cours, efforcez-vous de ne jamais paraître découragé par rapport à la durée de celui-ci. Gardez en tête que ces traitements prennent un temps non négligeable pour faire effet.
  19. Créez des conditions pour que votre proche ait envie de parler, de se confier.
  20. Manifestez confiance et optimisme….
  21. Encouragez la personne en question par des paroles de soutien, des compliments et en lui rappelant ce qu’elle a accompli dans le passé.
  22. Transmettez-lui de l’espoir en l’aidant à trouver un ou des projets, aspirations ou rêves qui contribueront à diminuer sa tristesse……

Ne dites les choses précédentes que si vous les pensez vraiment !!!!

Soyez conscient(e) que votre proche pourrait ne pas être honnête au sujet de la gravité de son état.

Beaucoup de gens déprimés ont honte d’eux-mêmes et mentent sur la gravité de leur condition.

Si vous demandez à votre proche « comment ça va ? » et qu’il répond simplement « bien »….. Ne croyez pas immédiatement cette réponse.

Prenez plutôt le temps d’évaluer la situation de votre proche. Et surtout, ne jugez pas celui-ci si vous croyez qu’il a menti. Il cherchait peut-être maladroitement à se protéger.

Choses à ne pas dire :

  1. « Tu ne sembles pas bien aller, tu as mauvaise mine. »
  2. « Il y a des gens dans de pires situations que toi, qui ne sont pas tristes. »
  3. « Tu dois trouver une solution à ton problème tout seul. »
  4. « Le bonheur, c’est simplement un choix. »
  5. « Tu t’inquiètes pour absolument rien. Tu verras, tout ira bien. »
  6. « Tu ne devais pas te sentir triste. »
  7. « Tu ne sembles pas avoir suffisamment de volonté pour t’en sortir. »
  8. « Tu as déjà été heureux, donc tu peux l’être à nouveau. »
  9. « Essaye juste de ne pas penser à des choses tristes. »
  10. « Tu devrais t’appliquer à faire des choses qui te rendent heureux(se). »
  11. « il y a des gens avec des vrais problèmes. »
  12. « Il faut que tu réagisses. »
  13. « Nous sommes le résultat de nos pensées. »
  14. « C’est quoi finalement ton problème ? »
  15. « Je ne te reconnais plus. »
  16. « Mais aussi je suis triste parfois, mais je n’en fais pas toute une histoire comme toi. »
  17. « Ton problème, c’est simplement que tu t’isoles de tout et de tout le monde. »
  18. « Tu en fais des histoires avec tes petits ennuis. »
  19. « Tout ça, c’est dans ta tête que ça se passe, c’est donc facile à régler. »
  20. « Tu es entièrement responsable de tes émotions, prends-toi en main. »
  21. « Personne n’a dit que la vie était juste. »
  22. « Bon maintenant ça suffit ta comédie, secoue-toi, quand on veut, on peut. »
  23. « Cesse de t’apitoyer. »
  24. « Tourne la page et passe à autre chose. »
  25. « Ne te laisse pas abattre. »
  26. « Les épreuves et la souffrance font partie de la vie. Tu dois t’y faire. »
  27. « Bouge-toi un peu  ! »
  28. « Je n’y peux rien, si tu n’es pas bien dans ta tête ! »
  29. « Tu ne devrais pas commencer à te sentir mieux depuis tout ce temps ? »
  30. « Crois-moi, je sais exactement ce que tu ressens, j’ai vécu la même chose dans le passé. »
  31. « Je crois que ta crise de tristesse est une façon d’attirer l’attention. »
  32. « Tu es si égoïste, tu ne penses qu’à toi. »
  33. « N’es-tu pas fatigué(e) d’être toujours triste ? »
  34. « Ce n’est rien, cela passera tout seul. »
  35. « Je croyais que tu étais plus fort que ça. »
  36. « Fais preuve d’une volonté forte et ça ira mieux. »
  37. « Je te reparlerai quand tu iras mieux. »
  38. « Arrête d’agir comme un enfant »
  39. « Je ne sais pas ce qui ne va pas chez toi. »
  40. « Tu es difficile à supporter quand tu es dans cet état. »
  41. « Si tu continues à te plaindre, personne ne voudra plus te parler ! »
  42. « Je ne peux rien faire pour t’aider. »
  43. « La seule personne que tu punis c’est toi-même. »
  44. « Tu me déprimes. »
  45. « Sois plus ouvert(e) aux autres. Tu es trop égocentrique. »

Dans ces moments d’intense découragement, une phrase maladroite peut achever les plus vaillant(e)s…..

Si vous soupçonnez qu’une personne souffre de déprime ou de dépression, vous devez garder à l’esprit que les gens dans cette condition pourraient ne pas vouloir demander de l’aide ou en être incapables.

Comprendre autant que possible :
La personne déprimée agace parfois ses proches quand elle se plaint, quand elle n’arrive pas à travailler ni à participer à la vie de tous les jours.

Ce n’est pas de la mauvaise volonté, mais l’effet de sa condition. Faites l’effort de comprendre la situation de votre proche affligé.

Voici les symptômes typiques des gens déprimés :
  – Tristesse
  – Insomnies et fatigue au réveil
  – Intolérance aux petites contrariétés de la vie
  – Perte d’intérêt générale
  – Renfermement sur soi
  – Indifférence affective
  – Comportement parfois agressif(ve) …

Ne pas être moralisateur(trice) :
Si la condition de votre proche est sévère, il ne peut pas quitter son état dépressif par la force de sa volonté, tout comme un asthmatique ne peut pas guérir sa maladie en faisant preuve d’une grande détermination.

Dans ce contexte, il est inutile de lui demander de réagir promptement et de se secouer….

Conseiller avec une extrême prudence :
Il est contre-productif d’accabler votre proche de « bons conseils », car les personnes déprimées ont généralement beaucoup plus besoin d’être écoutées que d’être conseillées. Mais, si la situation s’y prête, un conseil bien choisi peut-être utile. Gardez cependant en tête que certains conseils (même prononcés avec les meilleures intentions) peuvent être offensants, par exemple :
  – À ta place, je ferais ceci ou cela…
– Bouge-toi un peu et ça ira mieux.
– Ne te laisse pas aller de cette façon !

 

capture

Conseil :

Il est préférable de taire certaines choses importantes à celui qui n’est pas prêt à les entendre !!!!

Il ne faut surtout pas banaliser la souffrance d’un proche déprimé. Il a plutôt besoin que l’on prenne sa condition au sérieux.

Votre présence doit être rassurante et aimante.

Donnez-lui l’occasion de soulager ses difficultés et de ventiler ses frustrations.

Sachez que vous n’avez pas besoin de parler abondamment.

Le simple fait d’être présent et sincèrement intéressé à son mieux-être constitue déjà une contribution importante au rétablissement de votre proche….

capture

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s